« Point Oméga », de Don DeLillo : Regarder pour voir

Don DeLillo requiert,
avec « Point Omega »,
la capacité du lecteur
à s’impliquer
dans une œuvre.

Christophe Kantcheff  • 26 août 2010 abonné·es

Point Omega, du grand Don DeLillo, met en relation deux récits qui, a priori, n’ont presque rien à voir entre eux. Le premier ­montre un homme fasciné par ­l’œuvre d’un artiste contemporain, Douglas Gordon, intitulée 24 Hour Psycho, qui étire sur 24 heures

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 2 minutes