La boîte noire du monde

À Perpignan,
la vingt-deuxième édition du festival Visa
pour l’image a rendu compte d’une planète toujours en transe.

Jean-Claude Renard  • 2 septembre 2010 abonné·es
La boîte noire du monde
© PHOTO : WILLIAM KLEINVisa pour l’image, Perpignan. Entrée libre, 10 h-20 h, jusqu’au 12 septembre.

La tête d’un Afghan drapé dans une couverture, à l’abri dans un wagon abandonné sur une voie. Une poignée de migrants escaladant une grille donnant sur le terrain où se déroule la distribution de repas, deux fois par jour. D’autres encore, dans une file d’attente pour glaner aussi de quoi croûter un peu. Ce sont toujours les mêmes produits qui reviennent, dont la date de péremption est souvent dépassée. Difficile de râler, la pitance est gratuite. Une soirée à se tenir chaud autour d’un feu. Un campement de fortune qui tente de passer à travers les mailles des filets policiers.

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 6 minutes