Le paludisme, l’autre fléau birman

Les Objectifs du millénaire de l’ONU sur la maîtrise du paludisme pour 2015 sont loin d’être atteints. En cause, un régime militaire fermé, mais aussi une frilosité internationale envers l’action médicale. Reportage en Birmanie.

Cécile Maunier  • 16 septembre 2010 abonné·es
Le paludisme, l’autre fléau birman

Elle vient de marcher des heures sous la chaleur de la mousson. Le longyi – ce long tissu croisé à la taille – légèrement relevé, elle avance péniblement. La démarche est forcément chaloupée. Cette femme Karen, une des ethnies de l’est de la Birmanie, est presque au terme de sa grossesse. Tenant un jeune enfant par la main, elle s’apprête à traverser la rivière Moei, qui sépare la Birmanie de la Thaïlande. La dernière étape du périple se fait sur une embarcation incertaine, juste à côté des bateaux rutilants de riches Thaïlandais venant jouer au casino installé du côté birman. La femme, elle, joue et risque plus gros. Car dans cette zone endémique de paludisme,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 7 minutes