Les larmes du fantôme

Claire Ruppli propose
une belle transposition d’un livre de Sylvie Germain, « la Pleurante des rues de Prague ».

La saison théâtrale démarre dans un grand concert de vedettes et de spectacles fous. Patrick Bruel ici, Bertrand Blier là, une pièce d’une durée de onze heures et demie en un fronton subventionné… Du calme ! Pour le plus simple, le plus fort et le plus court, on peut prendre le chemin de la Pleurante des rues de Prague aux Déchargeurs. Une petite salle, une seule actrice, une heure dix dans un éclairage plutôt obscur. De quoi fuir si l’on n’aime que les paillettes. De quoi être transporté si l’on sait voir…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : dans le cortège, le malaise est partout

Sur le vif accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.