Qui veut ligoter WikiLeaks ?

Dernier rebondissement dans l’affaire WikiLeaks : le plus connu de ses fondateurs, Julian Assange, a appris par la presse la semaine dernière qu’il était recherché par le parquet suédois pour viol et agression de deux femmes. Étrange coïncidence. Depuis le 25 juillet, date à laquelle le site de ressources WikiLeaks a rendu publics les Warlogs , 76 911 documents et vidéos classifiés sur les faits et méfaits de l’armée américaine (et de ses alliées) en Afghanistan, Assange est devenu la bête noire du…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.