La raffinerie veut distiller la solidarité

À Donges, en Loire-Atlantique, les grévistes de Total ont montré la voie et bénéficient d’un soutien populaire impressionnant. Ils espèrent une amplification de la mobilisation dans d’autres secteurs.

Pierre Duquesne  • 28 octobre 2010 abonné·es

Jean-René Jaumouillé ne veut pas parler. Trop ému, cet imposant barbu, élu CFDT et maire adjoint de Donges, préfère sortir de la doublure de son blouson un bout de papier griffonné et lire ces quelques mots d’un correspondant anonyme : « Je suis intérimaire et j’ai actuellement un contrat de travail de trois mois. Je ne peux pas faire grève car cela peut me porter préjudice pour le renouvellement de mon contrat de travail. J’ai donc décidé de verser mes heures supplémentaires aux grévistes de Donges. » « Je n’ai jamais vu ça en 30 ans de carrière  », lance alors Jean-René en rangeant précieusement ce pli qu’il garde sur lui.

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Pour qui roule-t-il ?
Temps de lecture : 7 minutes