Crise du mal-logement : l'État se désengage

Pour le collectif des associations unies pour une nouvelle politique publique du logement des sans-abris et mal-logés, les promesses du gouvernement en matière de logement des plus modestes n'ont pas été tenues. Politis.fr était au rendez-vous donné par les 31 associations membres du collectif, vendredi 5 novembre sur le Pont des Arts, au coeur de Paris.

A l'approche de l'hiver, on attend toujours la mise en place du « chantier national prioritaire» sur le logement, promis par François Fillon en janvier 2008. A l'époque, «plus personne» ne devait être «contraint de vivre dans la rue» , plastronnait l'ambitieux projet. Depuis, rien n'a bougé, les prix continuent de flamber et les plus modestes, tout au bout de l'échelle, en subissent les pires conséquences. En France, 3,5 millions de personnes sont toujours sans logement ou mal logées et 10 millions…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents