Severn, la voix de Jean-Paul Jaud

Politis  • 11 novembre 2010
Partager :

Son documentaire Nos enfants nous accuseront avait fait plus de 300 000 entrées en 2008. Avec Severn, la voix des enfants  (1), Jean-Paul Jaud accentue sa dénonciation du saccage planétaire dans une œuvre plus personnelle, moins rivée à un discours de conviction parfois binaire – la vérité des agriculteurs bios face au remords des utilisateurs de pesticides.

Malgré un montage haché qui nous ballotte entre Canada, Japon et France, il parvient à installer un rythme lent d’où émerge une émotion ambivalente, entre l’incertitude sur le devenir de l’humanité et l’admiration pour ces « samouraïs de Severn », inventeurs de solutions pour la terre de demain. Severn, c’est cette gamine de 12 ans dont l’allocution « au nom des générations futures » estomaqua les officiels du Sommet de la Terre de Rio en 1992. Jaud l’a retrouvée à 29 ans, toujours aussi déterminée mais plus fragile.

Car rien n’a changé, ou si peu, et ses mots d’alors n’ont pas perdu une once de justesse. Le réalisateur lui laisse pourtant le message final, alors qu’elle vient d’accoucher de son premier enfant, rayonnante : tant que les humains garderont le désir de mettre des enfants au monde, il restera un sérieux espoir.

(1) En salles depuis le 10 novembre.

Écologie
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don