La guerre des orties est déclarée

Le développement des alternatives naturelles aux pesticides bute sur une réglementation qui favorise les produits de synthèse. Reportage à Montreuil, près de Paris.

Ça sentait fort la campagne sur la place de la mairie de Montreuil (Seine-Saint-Denis), le 8 décembre. Sous la neige, trois élus écologistes ceints de leur écharpe tricolore actionnent un ­pulvérisateur qui asperge de purin d’ortie un massif de fleurs, devant l’hôtel de ville. « Le purin d’ortie renforce les défenses de la plante contre les pucerons. S’il n’y a pas de pucerons, comme ici, il agira comme fertilisant » , explique Dominique Jeannot, producteur, au milieu des embruns odoriférants. Un acte de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.