Migrants indéfiniment

Ezra Nahmad est un photographe d’origine israélienne, qui vit à Paris. « Sur la frontière » a été présenté récemment au théâtre du Soleil pour le 70e anniversaire de la Cimade.

À Bamako, dans les locaux de l’Association des refoulés d'Afrique centrale au Mali, fondée par des migrants camerounais, des sportifs pour la plupart. Las de traverser les frontières, ils choisissent de s’installer à Bamako, car le retour au Cameroun est totalement exclu à la suite d’un échec migratoire ; il se traduit trop souvent par une déchéance sociale et une stigmatisation honteuse. Dans les prisons libyennes, on est réveillé la nuit pour être battu, sur la plante des pieds et sur les mains ; après…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Corps volants et coudes serrés

Culture accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents