Internet fragilise la censure de Ben Ali

Jean Sébastien Mora  • 13 janvier 2011 abonné·es

« Vous n’avez rien à faire au Kef, il n’y a rien d’intéressant à voir là-bas. Ce n’est pas une ville touristique ! » , mettent brutalement en garde des policiers en civil à Kairouan, à quelques kilomètres de Sidi Bouzid. Dans tout le pays, le gouvernement du président Zine El Abidine Ben Ali

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 3 minutes