La poudrière algérienne

Les émeutes se propagent dans toutes les grandes villes en réaction à la hausse vertigineuse des prix des produits de première nécessité. Le gouvernement oscille entre mépris et tentatives d’apaisement.

Capitale quadrillée, manifestants arrêtés… La tension monte en Algérie. En une semaine, 8 personnes ont tenté de s’immoler par le feu (2 sont décédées le 24 janvier), et des rassemblements spontanés ont eu lieu à la suite d’appels sur Internet. Une grande manifestation prévue le 22 janvier à Alger, lancée par le Rassemblement pour la culture et la démocratie, dans l’opposition, a été empêchée. Les opposants au régime demandent désormais la levée de l’état d’urgence réduisant les libertés fondamentales…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents