Tout à droite de l’extrême droite

L’historien Nicolas Lebourg a mené une longue enquête sur les courants néofascistes en France et en Europe depuis 1945, à partir de sources largement inédites. Une plongée dans la pire extrême droite.

Olivier Doubre  • 6 janvier 2011 abonné·es
Tout à droite de l’extrême droite
© Photo : ROBINE / AFP

Politis : Comment en êtes-vous venu à travailler sur « la plus extrême droite » ? Et pourquoi avoir adopté cette qualification ? Que recouvre-t-elle  ?

Nicolas Lebourg : Comme tous les champs politiques, l’extrême droite peut être vue avec un centre, une aile droite, une gauche et des radicaux. Cependant, ces derniers ont été plus souvent l’objet de fantasmes que de travaux historiographiques. En 1979, Louis Dupeux a publié sa thèse sur ce qu’il a baptisé « la plus extrême droite » : le courant nationaliste-révolutionnaire allemand. Par cette formule, Dupeux voulait signifier ceci : au contraire de ce que prétendaient divers groupes d’extrême droite, ce courant n’a pas été réprimé par Hitler en raison d’un antinazisme

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Idées
Temps de lecture : 7 minutes