Un sang d’encre

Bakchich s’arrête et la Tribune est en sursis : deux situations bien différentes qui disent les difficultés actuelles de la presse.

Créé en 2006 par Nicolas Beau et Xavier Monnier, Bakchich dépose aujourd’hui son bilan. In fine , le premier quotidien à s’afficher en ligne n’aura jamais connu le bon modèle économique. À l’automne 2009, faute de recettes publicitaires nécessaires, le titre s’était doté d’une version papier hebdomadaire en kiosque, paradoxalement pour sauver le site du dépôt de bilan. Nicolas Beau, son patron, espérait alors en vendre 50 000 exemplaires. Les chiffres se sont arrêtés à 7 000. Le journal invoque des aides à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents