Une justice « de plus en plus néolibérale »

Jean de Maillard prendra en janvier ses fonctions de vice-président au TGI de Paris, après une mutation. Il porte un jugement sévère sur les dérives du système judiciaire. Entretien.

Thierry Brun  • 6 janvier 2011 abonné·es

Politis : Vous étiez président du tribunal correctionnel d’Orléans et vous avez été muté. Est-ce en raison de vos prises de position ?

Jean de Maillard : C’est à ce titre que j’ai été victime d’une chasse aux sorcières. J’ai assisté, comme tout le monde, à la dérive du système judiciaire depuis

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
L'art d'enterrer les affaires
Temps de lecture : 3 minutes