Cent soixante-cinq kilomètres

Sébastien Fontenelle  • 17 février 2011 abonné·es

Sarkozy met parfois de la distance, entre lui et la vérité. Ce n’est pas complètement nouveau : nous parlons ici, n’oublions pas, de l’homme qui naguère nous promit que la République, sous lui, serait « irréprochable [^2] ». Mais depuis que d’aucun(e)s l’ont mis dans l’Élysée, il erre des fois si fort que même la presse, qui l’adula, convient désormais que son nez peut d’un seul coup s’allonger de cent soixante-cinq kilomètres – comme quand il narre sur Facebook ses combats

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans
De bonne humeur

Sébastien Fontenelle est un garçon plein d’entrain, adepte de la nuance et du compromis. Enfin ça, c’est les jours pairs.

Temps de lecture : 3 minutes