Le « populisme », ou la peur de la démocratie

Le thème du populisme a récemment fait l’objet de débats par médias interposés. Petit retour sur une qualification bien floue qui en dit souvent long sur ses utilisateurs.

Olivier Doubre  • 24 février 2011 abonné·es
Le « populisme », ou la peur de la démocratie
© PHOTO : MONIER / afp

« Le populisme, voilà l’ennemi ! » Sus aux « populistes de tous bords » ! « Populiste toi-même ! » Ce sont là peu ou prou quelques-unes des invectives qui ont récemment secoué le microcosme politique hexagonal. Ces dernières semaines, ou ces derniers mois, de nombreuses interventions de journalistes, essayistes et autres intellectuels « médiatiques » ont porté sur le « populisme », supposé ou non, de certains courants ou hommes politiques. Le plus visé, on le sait, a été Jean-Luc Mélenchon, souvent comparé en ce sens avec Marine Le Pen et le Front national. Une comparaison péjorative qui valait interrogation – et donc

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Idées
Temps de lecture : 6 minutes