Pourquoi l’Algérie hésite…

Un pouvoir plus à l’écoute et le souvenir d’une décennie de massacres rendent la perspective d’une révolution algérienne plus hypothétique. Reportage.

Meriem Laribi  • 24 février 2011 abonné·es
Pourquoi l’Algérie hésite…
© Photo : batiche / afp

En Algérie, il faut admettre que nous sommes loin de ce qui se passe à Bahreïn et en Libye. Ici, pas de répression violente, pas de morts, le gouvernement semble tenter de se dépêtrer de la crise actuelle pour en sortir renforcé. Il est prêt à tout donner pour calmer les foyers de tension. C’est le moment de revendiquer. Les étudiants, un peu

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 4 minutes