Tony Montana, héros des cités

Nicolas Lesoult propose une lecture éblouissante de la banlieue à travers
le mythe de « Scarface ».

Après Howard Hawks, en 1932, Brian de Palma tournait en 1983 un remake de Scarface. Dans le rôle de Tony Montana, Al Pacino. Scarface, ou la grandeur d’un malfrat d’origine cubaine, sorti de la fange épaisse à la force du flingue – et surtout la force de vouloir s’en sortir. Sa décadence et sa folie, exprimées dans un bain de sang, n’y changeront rien : Montana a bel et bien marqué les esprits en banlieue, déclenché une ferveur sans comparaison avec aucun autre film. Un phénomène inoxydable, partie…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents