Cantonales 2011 : vers une crise politique majeure

L’abstention, extrêmement élevée dans les quartiers populaires, et la poussée historique du FN témoignent d’une désaffection qui touche autant la gauche que la droite.

Scrutin local mais conséquences nationales. Le premier tour des élections cantonales n’a pas fait mentir l’adage. Et l’on risque fort de ressentir longtemps les effets de cette élection qui constituait le dernier rendez-vous électoral avant 2012. Car l’abstention élevée et l’effondrement du parti présidentiel, ­désormais concurrencé par une extrême droite conquérante, constituent autant de symptômes d’une crise politique majeure. Une crise à laquelle, malgré des résultats encourageants, la gauche aura du…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.