Contre le « Musée Sarkozy »

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Samedi 19 mars, une réunion publique à l’appel de l’intersyndicale CFDT-CFTC-CGC-CGT des personnels en lutte des Archives nationales, qui occupent leur siège, l’hôtel de Soubise (Paris, IVe), depuis plusieurs mois, a fait salle comble, nécessitant même l’ouverture d’une deuxième salle pour permettre à tous de suivre les interventions des historiens Arlette Farge, Michèle Riot-Sarcey, Danielle Tartakowsky, Vincent Denis et Nicolas Offenstadt. Fustigeant l’esprit – et les erreurs historiques flagrantes – du nauséabond discours du Puy-en-Velay de Nicolas Sarkozy sur les origines « chrétiennes » de la France, les historiens ont tour à tour pointé la « dangerosité » du projet de « Musée de l’histoire de France » cher au Président, qui « s’inscrit dans l’exaltation d’une pensée des racines, digne d’Éric Zemmour » (Nicolas Offenstadt). Un musée et une « pensée racinée » (définie en son temps par Marcel Détienne), dans la droite ligne du débat sur « l’identité nationale », que vont continuer de combattre historiens, personnels des Archives nationales, syndicalistes et anonymes.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.