Désert médical en Seine-Saint-Denis

Politis  • 31 mars 2011
Partager :

Discrimination territoriale à tous les niveaux ? La Seine-Saint-Denis manque d’enseignants mais encore plus cruellement de médecins et de spécialistes : plus aucun pédiatre à Pierrefitte-sur-Seine depuis février, un seul psychiatre libéral à Bobigny, cinq départs à la retraite de dentistes à Clichy-Sous-Bois pour une arrivée, un ratio de 7,13 généralistes pour 10 000 habitants contre 12,32 dans les départements parisiens voisins. Surcharge de travail, population précaire générant une partie sociale dans la prise en charge, pathologies lourdes (mortalité infantile, tuberculose, diabète), violences… Sans les centres de santé, la Seine-Saint-Denis serait en état de catastrophe sanitaire.

Société
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…