Le Japon frappé par un violent tremblement de terre

Un violent séisme a frappé le Japon vendredi après-midi (6h45 du matin heure de Paris). Le point avec l'ambassade de France à Tokyo et les ONG françaises, à Paris.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


D'une magnitude de 8,9 sur l'échelle de Richter, le séisme dont l'épicentre a été localisé au large de la ville de Sendai, au Nord-Est du pays (voir carte), a déjà occasionné plusieurs répliques inquiétantes. 300 morts sont pour l'instant comptabilisés, un chiffre évidemment très provisoire.


Lire aussi l’analyse de Jean-Michel Buten, ethnologue du Japon


À Tokyo, les services de l'ambassade de France, débordés, font le bilan : « Le Japon compte 8 000 français, dont 40 se trouvent dans la partie la plus touchée du pays, la région de Miyagi , précise Jules Irrmann, chef du service de presse de l’ambassade contacté par Politis.fr. Nous avons réussi à entrer en contact, tant bien que mal, avec l’un d’entre eux. Il se charge d’établir la communication avec les autres. Mais nous avons peu de nouvelles, les communications sont fortement touchées. Nous espérons qu’ils vont bien. À Tokyo, la situation s’est stabilisée. Les autorités font état de 13 morts (par noyades ou fuites de gaz) et de plusieurs centaines de disparus. La population japonaise est calme, elle suit les ordres d’évacuation. À Sendai, à 300 km au Nord-Est de Tokyo, la situation est autrement plus grave. Le tsunami de dix mètres, qui a suivi le séisme, a emporté toutes les digues. Cette partie est vraiment touchée » .


Agrandir le plan

À Paris, pour l'heure, les grandes ONG françaises restent en retrait. Médecins sans frontières et Médecins du monde sont peu présents au Japon. Le contexte sur place est bien différent d'Haïti ou du Pakistan, deux pays frappés par de violents séismes ces dernières années. «Le Japon est habitué à ce type de situations d'urgences et possède les ressources pour y faire face» , confirme Médecins sans frontières. Aucun dispositif n'est donc pour le moment déployé.

À voir : une vidéo en direct postée par le journaliste David Michaud, installé à Tokyo, sur son compte Twitter (@lejapon) :


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.