Les départements crient à l’asphyxie

Les conseils généraux, que l’on renouvelle pour moitié dimanche, ont de plus en plus de mal à boucler leur budget. La faute à un État mauvais payeur qui ne règle pas ses factures.

Michel Soudais  • 17 mars 2011 abonné·es
Les départements crient à l’asphyxie
© Photo : GUYOT / afp

Il y a un an, le socialiste Claude Bartolone faisait voter au conseil général de Seine-Saint-Denis un budget en déséquilibre, ce qui est formellement interdit. Comme c’est la loi, ce « budget de révolte » qui avait inscrit dans les comptes une créance de 75 millions d’euros correspondant à des compensations non effectuées de l’État, a été retoqué par le préfet. Les élus du 93 ont dû revoir leur copie deux mois plus tard. Mais le bruit fait autour de ce coup de gueule et l’appui que lui ont apporté les 58 présidents de conseil généraux socialistes ont permis de braquer les projecteurs

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 6 minutes