Dossier : Libye, la guerre du moindre mal

Les invisibles du nucléaire

Le nombre de sous-traitants est en augmentation dans les centrales. Concurrence oblige, la sécurité des travailleurs extérieurs, très exposés aux radiations, est souvent mise en danger. Témoignages.

Le nucléaire, une énergie propre ? Quand il entend ces mots, Philippe Billard se fâche : « Nous, on est les sales gueules du nucléaire, on est là pour être irradiés. En vingt-cinq ans, il m’est arrivé de prendre de grosses doses de radiations. » Ce quadragénaire de Fécamp a longtemps travaillé à la centrale nucléaire de Paluel (Seine-Maritime) en tant que décontamineur pour un sous-traitant d’EDF, Endel, une filiale du groupe GDF-Suez. Il a fait partie de ces « nomades du nucléaire » qui traversent la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.