Dossier : Libye, la guerre du moindre mal

Libye : « Cette intervention est une nécessité regrettable »

Une intervention sur résolution de l’ONU, adoptée le 17 mars, a évité le carnage programmé à Benghazi. Le flou subsiste sur les objectifs de la coalition et notamment sur le sort réservé à Kadhafi. Après quatre jours, les divergences se creusaient au sein de l’Union européenne. Entretien avec Pascal Boniface.

Politis : Pourquoi, selon vous, fallait-il intervenir en Libye ? Pascal Boniface : Parce que nous étions à la veille d’un massacre annoncé. Kadhafi et ses fils avaient promis de massacrer tous les insurgés. Éviter cela à toute une population, civils ou insurgés en armes, paraît tout de même un motif suffisant pour une intervention. Donc, oui, cette intervention, votée par les uns et acceptée par les autres qui se sont abstenus au Conseil de sécurité de l’ONU, était tout à fait justifiée 1. À la ­double…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.