Dossier : Libye, la guerre du moindre mal

Libye : « Des opérations de nature et durée limitées  »

Barack Obama tente de rassurer le Congrès américain, qui redoute un nouvel « engrenage », et fait pression pour un retrait rapide des États-Unis.

Au quatrième jour de l’opération militaire conduite en Libye, sous mandat des Nations unies, les premières fissures sont apparues, mardi, au sein de la communauté internationale. Même si, autant que l’on sache, les bavures tant redoutées avaient jusque-là été évitées, et si les cibles de l’armée kadhafiste – chars et défenses antiaériennes – avaient été atteintes, le débat s’intensifiait sur les objectifs véritables de l’opération. Certes, l’offensive que préparaient les troupes de Kadhafi sur Benghazi n’a…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.