Où vont nos empreintes ?

Depuis les attentats du 11 Septembre, on ne jure plus que par les documents d’identité biométriques. Sous couvert de lutter contre la fraude documentaire et le terrorisme, la collecte de nos identifiants uniques fait la fortune de quelques multinationales. Grâce, entre autre, aux commandes d’État, le marché est passé de 2,1 milliards de dollars en 2006 à 5,7 milliards en 2010. Un règlement européen de décembre 2004 a imposé aux États membres d’en insérer dans les passeports avant 2009. Puis sont venus les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.