Sarkozy et le jeu des 7 familles

Avec le départ de Jean-Louis Borloo et le délitement du front commun contre l’extrême droite, la tour de Babel UMP vacille et craquelle de toutes parts. Cartographie à l’approche de 2012.

Michel Soudais  • 21 avril 2011 abonné·es
Sarkozy et le jeu des 7 familles

L’Union pour un mouvement populaire (UMP) fêtera ses 9 ans le 23 avril. Le gâteau d’anniversaire aura toutefois un goût amer. Après être presque parvenu à « unir les forces politiques de toutes les droites » , l’UMP se délite. Jean-Louis Borloo n’est certes pas le premier à quitter le parti de Nicolas Sarkozy. Mais l’annonce de son départ, le 7 avril, sur France 2, et de son intention de créer une « Alliance républicaine, écologiste et sociale » tourne une page d’histoire de la droite. Celle qui voulait que l’ensemble des familles de la droite soient rassemblées dans un seul mouvement et se présentent unies aux élections dès le premier tour – ce qui à terme devait rendre superflus les seconds tours, comme on l’a vu avec le projet (avorté) de faire élire les futurs conseillers territoriaux au scrutin uninominal majoritaire à un tour.

C’est dans l’entre-deux-tours de la présidentielle de 2002, après l’élimination de Lionel Jospin, que Jacques Chirac a pu mettre en œuvre son projet d’unification de la droite parlementaire. Le front républicain qui se forme alors face à la candidature de Jean-Marie Le Pen au second tour facilite ce regroupement. Celui-ci est d’abord électoral, comme l’indique sa première appellation : l’Union pour la majorité présidentielle, qui naît le 23 avril 2002, rassemble les troupes du RPR, celles de Démocratie libérale (l’ancien Parti républicain présidé par Alain Madelin), les Radicaux valoisiens emmenés par François Loos et le Forum des républicains sociaux de Christine Boutin. Seuls les centristes de François Bayrou refusent ce parti unique.

Une fois Chirac réélu à l’Élysée avec l’appui d’une confortable majorité à l’Assemblée nationale, l’UMP est rebaptisée Union pour un mouvement populaire, lors du congrès fondateur en novembre 2002. Mais si le RPR et Démocratie libérale se fondent dans la nouvelle formation, les radicaux et les républicains sociaux préfèrent opter pour la formule de formations « associées » : ils conservent leur identité, leur structure et, au prix de négociations laborieuses, obtiennent même un statut particulier pour leurs militants. Ceux du Parti radical peuvent choisir de n’adhérer qu’à leur formation sans

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 11 minutes

Pour aller plus loin…

La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal
Analyse 21 février 2024 abonné·es

La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal

En 2021, le maire PCF de Grigny, Philippe Rio, remportait le titre de meilleur maire du monde. Cette année, c’est la maire communiste de Graz – la deuxième ville d’Autriche –, Elke Kahr, qui remporte le titre. Le communisme municipal a-t-il de beaux jours devant lui ?
Par Lucas Sarafian
Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc
Analyse 19 février 2024

Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc

Marginalisé par les troupes macronistes, le mouvement mélenchoniste refuse de revoir sa stratégie de la conflictualité. Les plus unionistes des ex-alliés de la Nupes tentent de déconstruire le récit du gouvernement et de la majorité. Mais le bruit et la fureur sont toujours d’actualité.
Par Lucas Sarafian
Catherine Vautrin, ministre de la Santé et (pas vraiment) du Travail
Travail 16 février 2024

Catherine Vautrin, ministre de la Santé et (pas vraiment) du Travail

Depuis son arrivée à la tête d’un « superministère » regroupant le Travail, la Santé et les Solidarités, Catherine Vautrin ne s’est que très peu exprimée sur le sujet du travail, abandonnant des agents du ministère inquiets et laissant les politiques libérales être décidées à Matignon.
Par Pierre Jequier-Zalc
Sextape, chantage et harcèlement au Sénat : la gestion Larcher sous le feu des critiques
Sénat 13 février 2024

Sextape, chantage et harcèlement au Sénat : la gestion Larcher sous le feu des critiques

Pour la première fois, le docteur El Hassan Lmahdi, le médecin qui a révélé le scandale du Sénat qui embarrasse son président Gérard Larcher, témoigne.
Par Nils Wilcke