À droite, la peur de l’apocalypse « socialo-communiste »

L’élection de François Mitterrand fut, à droite, l’objet de toutes les craintes
et de tous les fantasmes. Retour sur une époque où le ciel semblait être tombé
sur la tête du camp conservateur…

Olivier Doubre  • 5 mai 2011 abonné·es

Le 10 mai 1981, 20 heures. Restée dans toutes les mémoires, l’image du visage de François Mitterrand, dessiné grossièrement par les ordinateurs de l’époque, apparaît sur les écrans. Avec plus de 51,7 % des suffrages, le quatrième président de la Ve République est socialiste. Tous les sympathisants et militants d’une gauche exclue du pouvoir depuis

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
En finir avec Mitterrand
Temps de lecture : 3 minutes