Les valeurs plutôt que les volumes

À l’approche de la Quinzaine du commerce équitable, le secteur tente de tirer les leçons de la crise qui le frappe. La baisse des ventes pourrait être compensée par le retour d’une parole politique.

Le commerce équitable, ce mouvement qui veut garantir les droits des producteurs, bouge encore. Mais le secteur est bien à la peine. Faut-il parler de réveil ou plutôt de derniers soubresauts ? Trop tôt pour répondre, mais c’est bien une crise en tout cas qui s’est traduite, en 2010, par l’effondrement des ventes des produits estampillés Max Havelaar, symbole de la course à la consommation équitable. La croissance est passée de 15 % en 2009 à 5 % en 2010. L’association Max Havelaar craignait même un…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.