De très bonne humeur

Je me suis dit, mon gars, maintenant, faut que t’arrêtes pour de bon. De fumer. La dernière fois, j’ai tenu huit mois, et j’ai pris que cinquante-neuf kilos. Au soixantième, forcément, j’ai arrêté d’arrêter, en me disant que j’aurais dû mieux préparer le truc -- et ne pas remplacer chaque cigarette par un litre et demi d’un réputé soda yankee, par exemple. Cette fois-ci, j’ai commencé par m’acheter ce qui m’était partout présenté comme la bible des gens qui veulent arrêter de fumer sans tripler de volume :…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.