Somaliland, l’exception africaine

Pays en paix et démocratie bien avancée, ce territoire de la corne de l’Afrique célèbre vingt ans d’une indépendance toujours ignorée par la communauté internationale.

Adoptée en 2001 par référendum, la deuxième constitution du Somaliland garantit une entière liberté d’expression. Le matin, dans les rues lumineuses de la capitale, Hargeisa, la lecture des quotidiens est devenue un vrai rituel. Tirant à 12 000 exemplaires, Jamhuuriya s’est imposé comme un véritable organe de contre-pouvoir dans ce pays de 3 millions d’habitants. « La liberté de la presse au Somaliland est supérieure à la plupart des pays d’Afrique, d’Asie et même d’Europe de l’Est », estime Mohamed Oued…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.