Agriculture et nature en choeur

De plus en plus, les parcs nationaux et les réserves naturelles accueillent des activités agricoles, dès lors qu’elles sont compatibles avec la préservation de la biodiversité. Reportage.

Les parcs nationaux et les réserves naturelles ont été imaginés il y a quelques dizaines d’années, puis peu à peu créés, à la demande des naturalistes soucieux de préserver la biodiversité végétale et animale face à l’urbanisation, au mitage résidentiel, à la simplification du territoire et aux excès de l’agriculture ou de la chasse. Mais, au fur et à mesure que se modifiaient les données écologiques, ils ont cessé d’être le seul terrain de jeu des scientifiques, et il est apparu que des activités humaines…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.