Agriculture et nature en chœur

De plus en plus, les parcs nationaux et les réserves naturelles accueillent des activités agricoles, dès lors qu’elles sont compatibles avec la préservation de la biodiversité. Reportage.

Claude-Marie Vadrot  • 28 juillet 2011 abonné·es
Agriculture et nature en chœur
© Photo : Tanneau / AFP

Les parcs nationaux et les réserves naturelles ont été imaginés il y a quelques dizaines d’années, puis peu à peu créés, à la demande des naturalistes soucieux de préserver la biodiversité végétale et animale face à l’urbanisation, au mitage résidentiel, à la simplification du territoire et aux excès de l’agriculture ou de la chasse. Mais, au fur et à mesure que se modifiaient les données écologiques, ils ont cessé d’être le seul terrain de jeu des scientifiques, et il est apparu que des activités humaines pouvaient coexister sereinement avec cette préservation de la nature.


D’abord voués à la seule défense des côtes contre le béton des promoteurs, les espaces du Conservatoire du littoral ont ainsi été

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 7 minutes