Dossier : Un milliard de crève-la-faim

Notre-Dame-des-Landes, le nouveau Larzac

La lutte contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, s’est muée en cause nationale. Les collectivités locales tenues par le PS ont accepté de prêter 115 millions d’euros au concessionnaire Vinci. Les écologistes et presque toute la gauche s’opposent au maire PS de Nantes Jean-Marc Ayrault.

Toute la semaine il a plu, et les organisateurs ont scruté les nuages pour y lire un oracle. Après des années de lutte contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, prévu à 30 kilomètres de Nantes, une certaine lassitude guette les militants. La concession d’exploitation a été attribuée en décembre dernier à Vinci, géant du BTP, et pour 55 ans : l’adversaire avance. Et puis la pluie a eu le bon goût de s’arrêter la veille du rassemblement, qui s’est tenu le week-end dernier. Mais aurait-elle…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents