« Surveiller et jouir. Anthropologie politique du sexe », de Gayle Rubin

Les textes fondateurs de l’anthropologue et activiste féministe « pro-sexe » Gayle Rubin sont enfin traduits en français et rassemblés en recueil aux éditions Epel.

Olivier Doubre  • 14 juillet 2011 abonné·es
« Surveiller et jouir. Anthropologie politique du sexe », de Gayle Rubin
© Défilé des « Dykes on Bikes » (« Gouines sur bécanes »), en mai 2004, à Long Beach, Californie, lors de la Gay and Lesbian Pride. AFP / Beck

Dans l’article « The traffic in women » , traduit en français sous le titre « Le marché aux femmes », Gayle Rubin, alors jeune doctorante en anthropologie sous la direction de Marshall Sahlins, emploie en 1975, pour la première fois, le mot « gender », genre. Se servant de ce concept pour appréhender la construction sociale du sexe et ainsi mieux caractériser l’oppression des femmes dans la société, elle va, par cet apport majeur, contribuer à fonder les champs d’une théorie féministe et des études de genre, révolutionnant littéralement ce qu’elle avait elle-même inauguré dès 1969, et qui s’appelait alors les études féministes (« women studies »). Son œuvre, qui va bientôt s’intéresser aux

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Idées
Temps de lecture : 4 minutes

Pour aller plus loin…