Biodiversité


Politis  • 1 septembre 2011
Partager :

Sauve-qui-peut
Une vaste étude, par l’université de York (Grande-Bretagne), a examiné la réaction de 2 000 espèces vivantes au dérèglement climatique. Si la hausse des températures les « pousse » bien vers les latitudes plus froides, ou bien en altitude, comme on le savait, c’est avec une amplitude en moyenne trois fois supérieure aux estimations précédentes. D’autre part, ces migrations ne suivent pas de règle simple, dépendant de nombreux facteurs, comme l’état des nouveaux habitats rencontrés : malgré des tentatives simplistes, personne n’est en mesure de prédire les conséquences du dérèglement climatique sur la biodiversité.

Écologie
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don