Mimi d’Algérie

Aziz Chouaki évoque les Algériens de France dans les années 1960.

E n 1961, la guerre d’Algérie n’est pas finie. Personne ne sait qu’elle va bientôt s’éteindre. Là-bas, les combattants meurent. En France, les habitants se déchirent. Et les Algériens qui se sont déjà intégrés à la population dite de souche ? C’est à eux qu’a pensé Aziz Chouaki en écrivant sa nouvelle pièce, Chez Mimi, plus apaisée, moins âpre que la plupart de ses textes, des Oranges aux Coloniaux. Mimi est une Algérienne qui s’est entichée d’un Français ; elle tient avec son mari une guinguette du côté…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.