Tueur d’Oslo : l’influence américaine

Dans son manifeste, Anders Breivik cite des penseurs états-uniens qui ont forgé ses convictions. Les spécialistes y décèlent aussi l’influence du célèbre « Unabomber ». Par Alexis Buisson (New York).

«J ’étais extrêmement surprise. » Heidi Beirich, spécialiste des groupes extrémistes à l’association Southern Poverty Law Center, a découvert à la lecture du manifeste d’Anders Breivik, le tueur d’Oslo, que « ses plus grandes influences sont des auteurs américains anti-islamiques ». Aspect méconnu de la tragédie norvégienne, ces références prouvent que les États-Unis sont bel et bien une terre d’inspiration pour les éléments extrémistes en Europe. Réalité qui s’explique par le dynamisme actuel des groupes…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Dîtes 33 !

Avec Politis accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.