Une instit en grève de la faim

Le démantèlement de l’Éducation nationale pousse les enseignants à des actions radicales. Jeûne, ou, moins grave mais osé, ce calendrier de profs tous nus...

Catherine Horeau est enseignante à mi-temps à l’école maternelle du Grand-Celland (Manche). Depuis le 19 septembre, elle a cessé de s’alimenter, ne boit que de l’eau et des bouillons, et stationne jour et nuit sur le parking de l’établissement pour protester contre « les suppressions de postes qui démolissent l’école publique » . Elle s’inscrit ainsi en soutien aux parents qui réclament l’ouverture d’une classe. « Je dénonce les façons de faire au niveau national : dans les écoles où l’on a supprimé des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.