Études-boulot-dodo

Plus de la moitié des 2,3 millions d’étudiants doivent travailler pendant leur parcours universitaire. Avec un impact sensible sur leur réussite aux examens et sur leur santé.

Les étudiants travaillent plus. Mais pas forcément à la fac : sur les 2,3 millions qui retournent dans les amphis cette rentrée, plus de 50 % assument une activité rémunérée en parallèle des cours, selon l’Observatoire de la vie étudiante. Pas des jobs d’appoint mais de vrais boulots à l’année ou pendant plusieurs mois consécutifs. Depuis les années 1980, le phénomène du salariat étudiant connaît une progression significative, rappelait une étude du Conseil économique et social (CES) dès 2007. Quatre…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents