Italie : l’eau n’est plus à vendre

À la suite de deux référendums, toute privatisation et tout profit sur la distribution d’eau sont interdits. Retour sur cette mobilisation victorieuse.

Alberto Lucarelli relate le processus, entre 2002 et 2011, qui a permis d’élaborer en Italie le concept de « bien commun » pour les ressources naturelles telles que l’eau. D’où vous est venue l’idée d’un double référendum populaire empêchant la privatisation et la possibilité de faire des profits sur l’eau ? Alberto Lucarelli : Ce projet est né de conflits sociaux locaux à partir de 2002-2003. À Naples et dans d’autres grandes villes italiennes, des processus de privatisation de l’eau étaient en cours. Les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Macron, l’Europe et Poutine

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.