La gauche et le 17 octobre 1961

Il y a cinquante ans, s’accomplissait à Paris, dans une grande indifférence de la société française, un massacre de masse d’Algériens. Je partirai de souvenirs personnels concernant le 17 octobre 1961 et ses suites, que j’ai vécues de près comme militant politique. Dès le lendemain du massacre, l’idée d’une riposte de rue s’imposait. Faute de pouvoir entraîner les grandes organisations politiques et syndicales de la gauche, mon parti, le PSU, décida d’y descendre seul et ce, le 1er novembre, jour…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents