La gauche et le 17 octobre 1961

Bernard Ravenel  • 13 octobre 2011 abonné·es

Il y a cinquante ans, s’accomplissait à Paris, dans une grande indifférence de la société française, un massacre de masse d’Algériens. Je partirai de souvenirs personnels concernant le 17 octobre 1961 et ses suites, que j’ai vécues de près comme militant politique. Dès le lendemain du massacre, l’idée d’une riposte de rue s’imposait. Faute de pouvoir entraîner les grandes organisations politiques et syndicales de la gauche, mon parti, le PSU, décida d’y descendre seul et ce, le 1er novembre, jour anniversaire de la rébellion ! J’ai participé à la préparation de cette action clandestine dans un Paris en état de siège. Nous étions environ 1 500 place Clichy pour remonter en cortège la rue Blanche derrière une banderole « Halte au racisme ».

Alors va s’enclencher un cycle de manifestations de plus en plus unitaires, pour culminer le 8 février 1962, quand la police, ou plutôt certains corps gangrenés par l’OAS, tue neuf manifestants, tous communistes. Au Père-Lachaise, seul le représentant de la CFTC, Robert Duvivier, proche du PSU, associe les morts algériens du 17 Octobre et les morts français du 8 Février…
Critiquer le PC et la CGT pour ce mutisme prolongé, pour cette défaillance internationaliste, est vain si, en même temps, on ne s’interroge pas sur les causes profondes de l’imprégnation dans les masses de l’idéologie nationaliste. En effet, l’État français, à travers le système éducatif en particulier, a construit dans le corps social une vision globale du monde, consciente ou inconsciente, avec sa dimension mythique (la France de l’universalisme démocratique, apportant la liberté à tous les peuples…). Les Français se voyaient ainsi dotés d’un sentiment de supériorité morale légitimant la politique coloniale même dans ses pires aspects.

Le travail de démystification de cette idéologie nationaliste n’a pas été assumé par les directions politiques du mouvement ouvrier, si l’on excepte des contributions d’intellectuels marxistes du PC, du PSU et des Temps modernes.
Dans des périodes de crise, les classes populaires trouvent, à partir de cette conscience nationaliste spontanée, la justification d’un réflexe défensif qui peut vite dégénérer en racisme. Telle est la base idéologique du vote ouvrier massif pour Marine Le Pen. Réfléchir sur le sens du 17 Octobre nous amène à repenser un internationalisme en quelque sorte interne pour la société française, et externe à l’échelle de la Méditerranée…

Idées
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

« Le RN prospère sur la crise d’identité nationale qui frappe la France depuis 40 ans »
Entretien 16 juillet 2024 abonné·es

« Le RN prospère sur la crise d’identité nationale qui frappe la France depuis 40 ans »

La Ve République est tombée dans une impasse politique. Gilles Richard, historien des droites du XXe siècle, esquisse la possibilité d’un rapprochement entre les droites néolibérales et européistes au Parlement. Et redoute qu’Emmanuel Macron n’active l’article 16 de la Constitution.
Par Tristan Dereuddre
Contre la haine en cravate
Histoire 16 juillet 2024 abonné·es

Contre la haine en cravate

L’actualité française et internationale nous rappelle tout l’intérêt de l’enquête de l’historien Mark Bray sur l’antifascisme de 1945 jusqu’à nos jours, des deux côtés de l’Atlantique.
Par Olivier Doubre
Le pluralisme des médias, cible de l’extrême droite
Médias 11 juillet 2024

Le pluralisme des médias, cible de l’extrême droite

Spécialiste en sciences de la communication, François Jost montre le danger pour la démocratie de la concentration des médias entre des grands groupes privés. Et dénonce comment les médias Bolloré contournent leur obligation légale de pluralisme des opinions.
Par Olivier Doubre
Laissez les personnes non-blanches faire de la politique !
Chronique 11 juillet 2024

Laissez les personnes non-blanches faire de la politique !

Kaoutar Harchi souligne la place centrale des militants des quartiers populaires au sein de la gauche, dont certains ont pu accéder aux bancs de l’Assemblée nationale. Et qui laissent espérer pour ce pays un autre avenir que celui qui semblait, le 7 juillet, scellé.
Par Kaoutar Harchi