Loin d’Égypte

Transposition convaincante
d’une vaste fresque romanesque par
Jean-Louis Martinelli.

Il y a bien longtemps que le théâtre n’a plus peur de transposer de grandes fresques romanesques. Naguère, on faisait du digest. Depuis quelques années, on fait du théâtre-roman en jouant peu l’action et en faisant vibrer les mots récités. En s’emparant du livre d’Alaa El Aswany, Chicago (qu’il rebaptise J’aurais voulu être égyptien ), Jean-Louis Martinelli choisit une autre voie, qui paraît plus risquée : la séance de travail. Plusieurs lieux sont esquissés sur le grand plateau : salle de conférence,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.