Lundi matin au zinc

Ce lundi matin, lendemain du premier tour de la primaire où doit se décider qui, de François Aullande ou de Martine Hobry, soumettra dans six mois, sans la moindre pitié, la possédance capitaliste (ris pas si bruyamment, s’il te plaît : ça dérange tout le monde), ce lundi matin, donc, à l’heure du petit blanc de la France qui se lève tôt, je descends m’accouder au zinc de chez René, au Va-et-Vient, près du métro 1, où sont des philosophes. Et justement : Raymond est là, qui donne très fort son avis sur le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents