Sartre sans caricature

On ne lit plus beaucoup Sartre aujourd’hui. En France, tout du moins. Depuis sa disparition, seules quelques biographies et surtout des analyses en forme de réquisitoire ont paru, souvent de la part d’anciens maoïstes repentis qui l’avaient côtoyé dans sa période de proximité avec la Gauche prolétarienne. Depuis le livre de Bernard-Henri Lévy, pas franchement hostile au philosophe mais qui pose pour point de départ que « l’idéal révolutionnaire est un idéal criminel et barbare » , à celui des époux…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Corps volants et coudes serrés

Culture accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents