Tranquilles assassins

Les meurtres impunis, surtout de journalistes, se succèdent en Russie.

Anna Politkovskaïa, journaliste de Novaïa Gazeta , a été abattue dans le hall de son immeuble il y a cinq ans pour avoir raconté et dénoncé les guerres de Tchétchénie. Son assassin court toujours, mollement pourchassé par la police de Vladimir Poutine. Depuis l’arrivée de celui-ci, les meurtres et les tabassages de journalistes, de militants et même d’hommes d’affaires se sont succédé. Les commanditaires de ces crimes n’ont pas été arrêtés. Selon les rapports de la Fédération internationale des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents