Une candidate trop consensuelle

A force de vouloir fédérer toutes les tendances du PS, Martine Aubry semble manquer d’espace pour imposer une voix plus personnelle et singulière. Au risque de ne pas se démarquer assez de son rival.

Faire mentir les sondages. Martine Aubry en rêve. La maire de Lille a beau répéter qu’ils n’ont « aucun sens » et « aucune valeur » , les enquêtes d’opinion qui la placent loin derrière François Hollande mobilisent son camp. Lequel s’inquiète aussi de la montée d’Arnaud Montebourg, qui risque de la priver des voix nécessaires pour figurer au second tour de la primaire du PS. Ces derniers jours de campagne ont donc été mis à profit pour lancer des offensives tous azimuts. Un dernier coup de collier, et non…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.