Le marasme de la capitalisation

L’un des plus gros fonds de pension a perdu 37 milliards d’euros.

Le silence de la Commission européenne, promoteur infatigable des fonds de pension, est assourdissant. Pourtant, la perte de 37 milliards d’euros au troisième trimestre du fonds de retraite public norvégien, le deuxième plus gros fonds de pension au monde, en dit long sur la fragilité de ces systèmes de retraite adossés aux marchés financiers. Annoncée le 28 octobre par la Banque de Norvège, la chute spectaculaire de ce fonds basé sur la capitalisation, qui détient à lui seul près de 400 milliards d’euros,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents