EELV : stratégie d’équilibriste

Après qu’Eva Joly a critiqué l’accord passé avec le PS, le parti vert va devoir soutenir sa candidate sans mettre en péril son compromis législatif avec les socialistes. Pas gagné.

Patrick Piro  • 1 décembre 2011 abonné·es

«Un incident de campagne comme il en arrive tant. Il a duré deux heures, mais enfin, maintenant, il faut que la parenthèse soit fermée. » Côté Parti socialiste (PS), Pierre Moscovici, directeur de campagne de François Hollande, a mis un point final à « l’affaire » Eva Joly. La semaine dernière, la candidate d’Europe Écologie-Les Verts (EELV) s’était octroyé quelques jours de silence médiatique, qui valaient clairement ­désapprobation de l’accord passé avec le PS. Lequel fait miroiter une trentaine de députés aux écologistes, mais ne stipule aucune sortie du nucléaire, revendication pourtant calée sur la stratégie établie par EELV depuis des mois, et prioritaire pour Eva Joly.

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 7 minutes